Technologie laser

Du laser à la soudure laser : 12 particularités à connaître

12 particularités de la soudure laser

Si le laser est aujourd’hui connu de tous, ses applications le sont beaucoup moins. D’autant plus dans l’industrie : son utilisation est tellement vaste que l’on est bien souvent surpris lorsqu’on s’approche de plus près… Petite incursion dans l’univers du laser et toutes ses possibilités : vous risquez d’être étonnés !

1 – De nombreux matériaux sont compatibles avec la soudure laser

La liste est longue : acier, inox, titane, tantale, aluminium, cuivre, tungstène, nickel, Hastelloy et autres alliages de type Inconel ou Kovar… De nombreux métaux peuvent être assemblés par soudage laser. Notez cependant que la soudure sur métaux dissemblables reste complexe, voire impossible : des essais s’imposent évidemment pour valider la faisabilité du projet.

Vous êtes surpris par la variété de matériaux qui peuvent être soudés grâce au laser ? Nous avons déconstruit pour vous ce type d’idées reçues sur la soudure laser  !

2 – La soudure laser peut voyager dans l’espace

Parmi les industries utilisant la soudure laser figure le secteur aérospatial. La technologie a l’avantage de garantir l’étanchéité et la fiabilité indispensables à des pièces constituées de composants électroniques pouvant faire face à la pression atmosphérique. Et ce, en répondant aux normes précises du secteur !

Dans ce domaine, Laser Rhône Alpes a pu collaborer avec Thales, dans le cadre d’un projet consistant à envoyer un robot sur Mars pour y explorer les traces de vie. Pour en savoir plus sur ce projet hors normes, téléchargez notre cas client !

3 – La soudure laser s’applique aussi au domaine médical

Les atouts de la soudure laser sont particulièrement intéressants pour le secteur médical et la fabrication de dispositifs médicaux implantables, comme les pacemakers. Assemblés sans apport de matière, les matériaux soudés par laser peuvent conserver leur biocompatibilité.

Un soudage laser réalisé en salle blanche contribue par ailleurs à éviter les contaminations de la matière par l’environnement. Rien de tel que la soudure laser pour avoir un résultat lisse, étanche, limitant les risques de déchirure ou rétention microbienne après implantation du dispositif dans l’organisme !

4 – La soudure laser est encadrée par des normes rigoureuses

Dans le domaine de la soudure laser, on ne lésine pas avec la sécurité et les procédés ! Si le soudage par fusion des matériaux métalliques dispose d’une certification (EN ISO 3834-1), la soudure laser a sa propre norme (EN ISO 13919) qui permet uniquement l’analyse des défauts.

Certains secteurs comme l’aéronautique (NF EN 4678 et NF L06-395) et l’aérospatial (ISO 24394 et ECSS-Q-ST-70-39C) ont également défini leurs propres exigences en la matière. Les modes opératoires et la qualification des opérateurs soudeurs n’échappent pas non plus à cette normalisation.

Retrouvez toutes les normes de soudure laser !

5 – Il y a la soudure laser, mais aussi la micro soudure laser !


Soudure laser, soudure par faisceau d’électrons, soudure TIG, soudure MIG, soudure par explosion, ou encore soudure ultrason : les techniques de micro soudure ne manquent pas dans l’industrie. La soudure laser n’est pas forcément la plus adaptée à votre projet ! Pour le savoir, vous devez tenir compte de différents critères : le coût, bien sûr, mais aussi le rendu, l’intégrité des pièces ou encore la facilité de mise en œuvre… Pour y voir plus clair, tout est dans le comparatif des différents types de micro soudure.

6 – Le laser, c’est d’abord un acronyme !

Eh oui, le terme LASER est d’abord l’acronyme anglais de Light amplification by simulated emission or radiation. Littéralement, on peut le traduire en français par amplification de la lumière produite par une émulsion stimulée de radiations. Différents types de lasers sont utilisés dans l’industrie : laser à solide (YAG), laser à gaz, laser à fibre, laser à diode…

Connaissez-vous bien le vocabulaire de la soudure laser ?

7 – La soudure laser a de nombreux procédés de contrôle


La soudure laser peut être soumise à différents procédés de contrôle. En guise d’exemple, le test à l’hélium permet de vérifier le niveau d’étanchéité d’une soudure. Aussi, il est possible d’établir un contrôle visuel de la soudure sous loupe binoculaire, ou un contrôle par ressuage coloré ou fluorescent.

8 – Une soudure laser réussie se construit en 7 étapes

Pas question de se lancer dans un projet « vite fait, bien fait » ! Première étape indispensable au cœur d’un processus de soudure laser ? Le devis : il permet d’analyser votre besoin, mais aussi sa faisabilité. Après commande, un prototype est réalisé pour validation de l’outillage, recherche des paramètres de soudure et contrôles. Celui-ci est ensuite envoyé au client et validé en interne ; le passage en première série peut commencer, avec la rédaction éventuelle d’un descriptif du mode opératoire de soudage. Une fois que toutes les pièces sont connues et validées, la production peut se faire en série !

9 – La micro soudure laser est adaptée aux pièces sensibles

Si vous utilisez des matériaux nobles, si vous intégrez dans vos produits des composants fragiles ou si vous usinez des pièces de très petite taille, la soudure laser est une option à envisager. Ses avantages pour la soudure de pièces sensibles ? Un échauffement moindre limitant les risques de déformation, une soudure fine et esthétique sans retouche, mais aussi un coût réduit puisque la pièce n’a pas besoin d’être retravaillée.

10 – Du cockpit au moteur, la soudure laser s’invite dans les avions

La soudure laser répond parfaitement aux normes du secteur aéronautique, qui en use très largement. Elle entre dans la fabrication des multiples capteurs servant à déterminer la position des trains d’atterrissage, ouvrir les volets et les portes, contrôler la température extérieure. Au niveau du moteur, la soudure laser permet également de fixer des éléments d’injection pour le mélange du kérosène. Elle est également utilisée dans la production d’équipements électroniques capables de conserver leur intégrité fonctionnelle malgré la pression atmosphérique. Bref, la soudure laser ne manque pas d’avantages dans l’industrie aéronautique !

11 – La soudure laser en salle blanche est idéale pour les produits sensibles aux particules

Sont particulièrement concernés les secteurs de la médecine, de l’aéronautique et du spatial ainsi que le domaine de l’électronique, qui doivent répondre à des exigences de propreté particulières. La fermeture étanche d’implants médicaux actifs comme les pacemakers évoqués plus haut est un bel exemple. La soudure et le marquage laser peuvent être réalisés en salle blanche. Des surcoûts sont cependant à prévoir, du fait des contraintes d’habillement du personnel et de filtration des poussières dans l’environnement.

12 – Un projet de soudure laser, c’est aussi un bon sous-traitant

La réussite de votre projet passe forcément par le choix d’un bon sous-traitant avec lequel vous devrez définir vos besoins. Pour réussir cette démarche, il convient de réunir toutes les questions à poser avant le lancement du projet : quels sont les critères à observer pour choisir le bon sous-traitant ? Comment définir au mieux les contours du projet et vos attentes ? En bref, comment préparer au mieux votre projet de soudure laser pour faire les bons choix ? Tout est dans la fiche pratique pour préparer un projet de soudure laser !

Vous savez désormais plus précisément ce que vous pouvez faire (ou non) avec la soudure laser. Vous avez une demande particulière ? Vous souhaitez vérifier la faisabilité de votre projet ? Demander un devis et connaître le budget nécessaire à sa réalisation ? Quelle que soit la nature de vos questionnements, nos experts sont à votre disposition pour en parler.

Crédit image : Unsplash / Thor Alvis