Technologie laser

Le laser industriel : trois usages pour une technologie

laser industriel

Fabrication additive, rechargement, traitement thermique, décapage, mesures… Le laser est un outil de production industrielle extrêmement efficace et innovant. De ses utilisations, vous connaissez sans doute les plus répandues : la découpe et le marquage. Moins connue, la soudure laser est une alternative qui présente certains bénéfices… Retour sur ces trois usages du laser industriel, leurs avantages et leurs applications !

1 – La découpe laser

Le premier usage, le plus connu ? La découpe laser. Dans de tels contextes, l’intérêt du laser n’est autre que sa capacité à découper des matières fines, de 30 microns jusqu’à 30 mm. Les matériaux compatibles sont nombreux : aciers, inox, titane, céramique, aluminium, silicium… Ainsi, ce procédé convient particulièrement à des pièces très fines, aux prototypes et aux petites séries !

La découpe laser présente deux avantages décisifs par rapport à d’autres types de découpes.

  • Sa simplicité : elle est facile à mettre en œuvre et ne nécessite pas d’outillage particulier.
  • Sa précision : elle produit peu d’échauffement de la tranche et entraîne peu de bavures.

2 – Le marquage laser

Autre usage fréquent du laser : le marquage, souvent utilisé dans l’industrie médicale, aéronautique et aérospatiale, qui a de nombreux atouts. Il est net, ne se dégrade pas et reste toujours traçable, ce qui fait de lui une très bonne alternative à l’étiquetage. Le laser est notamment utilisé pour marquer des logos et des codes-barres Datamatrix. Dans l’industrie pharmaceutique notamment, il permet également de mettre en place une sérialisation.

Enfin, le marquage laser a l’avantage de pouvoir être réalisé sur la quasi-totalité des matériaux, y compris les plastiques !

Marquage et gravure : quelles différences ?

Tout est question de profondeur :

  • le marquage est une oxydation colorée superficielle ;
  • le gravage creuse le matériau, fond et vaporise la matière sur une profondeur de quelques centièmes à quelques dixièmes de milimètres.

3 – La soudure laser

Il s’agit de l’usage laser le moins connu. La soudure est une alternative intéressante pour de nombreux projets industriels. Ce procédé a notamment l’avantage d’être compatible avec divers matériaux : aluminium, inox, titane, chrome, cobalt, ferronickel… Il convient de distinguer différents types de soudures laser :

  • en bord à bord, quand on vient rabouter les éléments ;
  • par transparence, quand la première couche est fondue ;
  • à clin ou en angle, quand on vient effondrer le bord d’une tôle sur une autre.
La soudure laser : deux méthodes
  • Le soudage par point, qui consiste à effectuer un pointage pour assembler les deux pièces l’une sur l’autre – la soudure n’est donc pas étanche.
  • Le soudage à l’aide d’un cordon complet, qui consiste à réaliser une liaison métallurgique avec un début et une fin. La soudure est potentiellement étanche. Cette technique est donc particulièrement intéressante quand une étanchéité est nécessaire, par exemple pour des tubes d’amenée des gaz. Pour les mêmes raisons, on s’en sert également pour les assemblages de dispositifs médicaux qui n’aiment pas les zones de rétention sources de nid à bactéries.

Enfin, les avantages de la soudure laser sont nombreux :

  • aucun métal d’apport n’est nécessaire ;
  • une ZAT faible permet d’éviter les déformations ;
  • la résistance mécanique est forte en fonction de la profondeur de pénétration;
  • le rendu est esthétique ;
  • la soudure est hermétique ;
  • la possibilité de souder des matériaux magnétiques ;
  • le procédé est automatisable ;
  • la profondeur de pénétration est maîtrisée.

De la découpe à la soudure en passant par le marquage, ces trois usages du laser industriel sont bien souvent complémentaires… Vous souhaitez vous tourner vers l’une de ces méthodes ? Vous trouverez sur notre magazine de nombreux articles pour mieux appréhender l’usage du laser !

Crédit image : Unsplash – Rob Lambert